Un profond respect pour ceux qui cherchent…

Je n’ai pas toujours été la Femme que je suis aujourd’hui…Je suis en même temps la somme de toutes les femmes que je fus et la graine de celle que je serais demain…Chaque jour je cherche, j’expérimente et je rencontre l’adversité ou la joie de l’enfant…Je m’enthousiasme ou je me décourage…je me révolte ou je célèbre la Vie qui me traverse dans un courant continu sans que je n’ai la maitrise des « eaux qui me portent » et donnent à mon bateau parfois « ivre » la gueule du « radeau de la Méduse »

Radeau-de-la-Meduse

Une seule aspiration pourtant me guide:  La Lumière pure de l’Origine

Vous tous aussi, hommes et femmes courage sur le chemin de la Vie, je vous invite à regarder votre parcours avec la plus grande bienveillance…à vous aimer inconditionnellement…et même si vous avez fait des erreurs ! Surtout si vous avez fait des erreurs…

Je vous partage aujourd’hui ce très beau texte de Aragon qui m’a fait sourire…Je me suis sentie « rejointe » en le lisant

« Je n’ai pas toujours été l’homme que je suis.

J’ai toute ma vie appris pour devenir l’homme que je suis, mais je n’ai pour autant pas oublié l’homme que j’ai été, o​u​ plus exactement « les hommes » que j’ai été.

Et si entre ces hommes-là et moi, il y a contradiction, si je crois avoir appris, progressé, changé,

ces hommes-là, quand, me retournant, je les regarde, je n’ai point honte d’eux, ils sont les étapes de ce que je suis, ils menaient à moi, je ne peux dire moi sans eux.

Je connais des gens qui sont nés avec la vérité dans leur berceau, qui ne se sont jamais trompés, qui n’ont pas avancé d’un pas de toute leur vie, puisqu’ils étaient arrivés quand ils avaient encore la morve au nez.

Ils savent ce qui est bien, ils l’ont toujours su.

Ils ont pour les autres la sévérité et le mépris que leur confère l’assurance triomphale d’avoir raison.

Je ne leur ressemble pas. La vérité ne m’a pas été révélée à mon baptême, je ne la tiens ni de mon père ni de la classe de ma famille. Ce que j’ai appris m’a coûté cher, ce que je sais je l’ai acquis à mes dépens. Je n’ai pas une seule certitude qui ne me soit venue autrement que par le doute, l’angoisse, la sueur, la douleur de l’expérience.

Aussi, ai-je le respect de ceux qui ne savent pas, de ceux qui cherchent, qui tâtonnent, qui se heurtent et qui tombent.​

Ceux à qui la vérité est facile, spontanée, révélée, ​bien entendu, j’ai pour eux une certaine admiration, mais, je l’avoue, peu d’intérêt.

​ ​Quand ils mourront, qu’on écrive donc sur leur tombe : il a toujours eu raison… C’est ce qu’ils méritent et rien de plus. »

aragon

 Aragon

Les Lettres Françaises, n° 771, du 30 avril au 6 mai 1959.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Un profond respect pour ceux qui cherchent…

  1. Je découvre ton blog, ce texte d Aragon, me fait un bien fou, moi qui ai tant de mal sur mon chemin de vie, qui bien souvent trébuche….. Et doute énormément, qui regrette chaque parole ….
    Tout simplement merci pour ce partage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s